FNAIM




Revue de presse FNAIM

03-05-2010

Diagnostics : vers la fin des rétro-commissions ?

Promis en octobre dernier, le décret gouvernemental interdisant les commissions entre diagnostiqueurs et professionnels de l'immobilier se fait toujours attendre. La FNAIM l'appelle de tous ses voeux.
A la fin de l'année dernière, le secrétaire d'État chargé du Commerce et de l'Artisanat avait annoncé la publication prochaine d'un tel décret. Il estimait alors, rappelle le Nouvel Observateur dans son édition en ligne du 23 avril, que « ces commissions sont de nature à porter atteinte à l'indépendance des diagnostiqueurs et ne manquent de se répercuter sur le consommateur. Il faut en finir avec ces pratiques qui induisent des coûts additionnels pour les consommateurs ». Depuis, rien n'a bougé, malgré une nouvelle demande de la Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers FNAIM, qui réclame toujours la parution de ce texte. Pour la Chambre, citée le même jour par Challenges.fr, «  si un récent jugement [...] a considéré que [...] la pratique du commissionnement [...] est par définition incompatible avec l'exigence d'indépendance et d'impartialité, il n'en reste pas moins que ce principe est encore loin d'être assuré ».

Loi sur le crédit et immobilier
La loi sur le crédit à la consommation, votée la semaine dernière par les députés, aura des incidences en matière immobilière. Les emprunteurs pourront ainsi désormais souscrire une assurance indépendante de leur crédit. La possibilité existait déjà, rappelle Capital.fr le 29 avril, mais « jusqu'à présent, à peine 10% des acheteurs arrivaient à négocier une délégation d'assurance auprès d'un autre organisme ». Désormais, ajoute le magazine économique, « dès lors que ce contrat présente un niveau de garantie équivalent à celui proposé par la banque, celle-ci sera contrainte de motiver son refus par écrit ». La commercialisation de programmes défiscalisants sera également mieux encadrée. « Les publicités concernant une opération immobilière bénéficiant d'un régime fiscal (Scellier, Girardin, Malraux, ZRR...), précise La Tribune, devront mentionner que le non-respect des engagements de location entraînera la perte des avantages fiscaux ».

Terrasse ou jardin
Plus d'un Français sur cinq considère la terrasse ou le jardin comme la pièce la plus importante d'un logement ! C'est ce que révèle une enquête Ipsos réalisée pour le compte de l'Union nationale des entrepreneurs du paysage (Unep). Ainsi, détaillent Les Echos du 23 avril, « si 49 % des Français considèrent que le salon apporte le plus de valeur à une habitation, 21,5 % évoquent, pour leur part, la terrasse ou le jardin (contre 20 % pour la cuisine) ». Ce besoin d'espace et de nature revêt un véritable impact économique, qu'illustre un chiffre donné par Le Monde : « En 2008, les Français ont dépensé 600 millions d'euros en mobilier de jardin et matériel de barbecue. ».

>> Toute la revue de presse FNAIM

retour

26-04-2010

Le moment d'emprunter !

Les taux des crédits immobiliers ont encore baissé ces dernières semaines et retrouvent pratiquement leur plus bas niveau historique. Ils devraient désormais se stabiliser.
Alors que les observateurs s'attendaient à les voir remonter, les taux des crédits immobiliers ont poursuivi leur descente. La Dépêche du 20 avril donne des chiffres : « Selon un relevé au 14 avril, le taux du marché à quinze ans se négocie maintenant à 3,55% et à 3,75% sur vingt ans ». Les taux se rapprochent ainsi des plus bas niveaux historiques d'octobre 2005 qui, rappellent les Echos, « s'établissaient pour mémoire à 3,45 % sur 15 ans et 3,65 % sur 20 ans ». Le phénomène, ajoute le quotidien économique, est observable « dans toutes les régions de France et sur toutes les durées de crédit ». Ces baisses concernent les taux fixes, comme les taux variables. Pour les mois à venir, complète La Tribune, les courtiers prévoient « une stabilisation quasi-générale jusqu'en juin 2010 ».

Nouvelle hausse
A l'inverse, après l'augmentation record enregistrée l'an dernier, la hausse des impôts locaux va se poursuivre en 2010. C'est en tout cas ce qui ressort des dernières analyses du Forum pour la gestion des villes. Ainsi, explique notamment le Monde du 19 avril, « le montant de la taxe d'habitation va augmenter d'au moins 2 % dans la moitié des agglomérations de plus de 100 000 habitants ». La hausse moyenne atteindra 2,8%.La taxe sur le foncier bâti évoluera de façon comparable : +2,3% en moyenne. Ces chiffres cachent cependant, comme tous les ans, d'importantes disparités mises en évidence par le Figaro dans son édition du 21 avril : « la taxe d'habitation va faire un bond de 9,4% à Strasbourg (916 euros), de 9,3% à Paris (435 euros), de 8,7% à Montreuil en Seine-Saint Denis (1128 euros) ou encore de 8% à Saint-Denis (723 euros) ». Les raisons expliquant ces augmentations n'ont pas changé : le calendrier politique, la réduction des dotations financières de l'État et la crise économique qui augmente les dépenses sociales.

Bonus vert
Le gouvernement envisage d'instaurer un bonus sur les transactions immobilières concernant les logements économes en énergie. « La réflexion actuelle, expliquent Les Échos du 22 avril, porte sur des mesures incitatives non contraignantes ». Objectif affiché : avantager les logements verts sur le marché immobilier.Certaines de ces dispositions pourraient être intégrées à la loi de Finances 2011. En attendant, « il devrait être décidé que les petites annonces de vente ou de location comportent obligatoirement une mention sur le classement du bien au regard de sa performance énergétique ».

>> Toute la revue de presse FNAIM

retour

19-04-2010

Ascenseurs : effort à poursuivre

Les fabricants d'ascenseurs s'inquiètent : un quart des appareils qui doivent être remis aux normes d'ici à la fin de l'année n'ont toujours pas fait l'objet de la moindre intervention.
Une loi de juillet 2003, rappellent Les Échos du 15 avril, « contraint les propriétaires à effectuer trois tranches de travaux de sécurité, la première avant fin 2010, la deuxième avant juillet 2013  et la dernière d'ici à 2018 ». Mais, sur les 275.000 ascenseurs qui nécessitent des modifications, 70.000 n'ont encore fait l'objet d'aucune décision en assemblée générale et ne pourront être remis en état dans les délais. Pourtant, souligne dans Le Figaro Jean-Luc Detavernier, délégué général de la Fédération des ascenseurs, « en cas d'accident, cela peut entraîner des conséquences en termes de responsabilité civile voire pénale pour les syndicats de copropriétaires ». Principal frein aux travaux : leur coût, estimé à 7 milliards d'euros pour la mise en sécurité et la modernisation de la totalité du parc.

Vers un nouvel outil
Le Conseil national de l'information statistique (CNIS) vient de remettre au gouvernement un rapport préconisant 27 mesures pour avoir une meilleure connaissance du marché immobilier. « Pour que le grand public s'y retrouve, révélait 20 minutes dès le 26 mars, le gouvernement devrait délivrer un indice de fiabilité des prix annoncés dans chaque baromètre ». La proposition vient de recevoir l'appui de la FNAIM. La Fédération, relate Le Nouvel Observateur, dans son édition en ligne du 14 avril, « s'est dite favorable à la mise en place d'un label de l'ensemble des sources d'informations. [...] Ce label devra garantir la fiabilité des indicateurs existants et, par conséquent, la mise en cohérence nécessaire des différentes sources. » La FNAIM doit par ailleurs publier dans quelques semaines un guide sur les méthodes d'évaluation des prix.

Timide rebond
Après une baisse inédite de 0,06% au dernier trimestre 2009, l'Indice de référence des loyers a enregistré un léger rebond au 1er trimestre de cette année et remonte à 117,81, en hausse de 0,09% sur un an. « Cet indice, expliquent Les Echos du 15 avril, correspond à la moyenne, sur les 12 derniers mois, de l'indice des prix à la consommation hors tabac et hors loyers ». Or l'inflationrepart sous l'influence du prix des produits pétroliers. Conséquence, rapportée le lendemain par l'Express.fr : « Les locataires dont le bail prévoit une révision du loyer intervenant entre le 15 avril et le 15 juillet ne devraient donc quasiment pas voir leur loyer augmenter. » A peine 1 euro sur un loyer de 500 euros.

>> Toute la revue de presse FNAIM

retour


12-04-2010

La pierre en pleine forme

Selon un sondage BVA réalisé à l'occasion du Salon de l'immobilier, près des trois quarts des Français estiment que c'est le moment d'investir dans l'immobilier.
Les Français gardent toute leur confiance dans la pierre, « valeur refuge par excellence », comme la qualifie le nouvelobs.com, le 8 avril. L'édition en ligne du magazine explique notamment que « 71 % des Français diraient à un proche qui envisage d'investir que c'est le moment d'acheter ». 7 millions d'entre eux seraient, du reste, disposés à le faire avant la fin de l'année. Si, comme le souligne le lendemain Le Parisien, les freins à l'achat demeurent principalement les prix et la peur du chômage, les conditions de crédit sont particulièrement avantageuses : « en un an, les taux ont perdu plus d'un point, de 4,70 % hors assurance début 2009, à moins de 4 % ces dernières semaines. » Le pouvoir d'achat des investisseurs potentiels s'en trouve donc accru, « d'environ 10% en moyenne », ajoute le quotidien.

Énergie : ouverture boudée
Une autre étude, réalisée par l'Ifop pour la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR), illustre en revanche l'échec de l'ouverture des marchés de l'énergie à la concurrence. Ainsi, raconte le jdd.fr le 4 avril, « 2% seulement des consommateurs envisagent de quitter EDF ou GDF Suez. Ils étaient douze fois plus nombreux en 2006. » En effet, commente deux jours plus tard Le Figaro, « s'ils ne sont pas toujours plus intéressants que ceux proposés par le marché, les tarifs réglementés ont, selon la fédération, l'avantage d'être plus stables ». Pourtant, remarque notamment Romandie News, « le nombre de consommateurs jugeant que la qualité des réseaux d'électricité et de gaz se dégrade continue de croître. Ils sont entre 11% et 16% à percevoir une baisse de la qualité du service (coupures, chutes de tension) et de la relation commerciale ».

Détecteurs radioactifs
L'Autorité de sûreté nucléaire rédige un projet d'arrêté interministériel visant à interdire la fabrication, la pose et la réparation des détecteurs de fumée ionique, affirme le Journal de l'environnement du 8 avril. La newsletter électronique rappelle en effet que « des millions de Français côtoient, sans le savoir, des détecteurs de fumées ioniques contenant de l'américium 241, un matériau émetteur de rayonnements alpha et gamma. » Selon le président de l'ASN, 7 millions de ces appareils équiperaient les foyers et les locaux professionnels français. A terme, ils devront donc être remplacés par des détecteurs optiques.

>> Toute la revue de presse FNAIM

retour


Infos pratiques et conseils



Vous avez certainement d�j� vu ou entendu parler du c�l�bre cube jaune. Pour ceux qui ne savent pas qui nous sommes, la FNAIM est un syndicat professionnel, sp�cialis� dans les m�tiers de l'immobilier.
Professionnalisme, �thique, d�ontologie, telles sont les valeurs que nous partageons, d�veloppons et d�fendons afin de prot�ger et de garantir vos int�r�ts.

Que vous soyez propri�taire, copropri�taire, locataire, acqu�reur ou vendeur, vous �tes confront�s � la complexit� et aux enjeux financiers du monde de l'immobilier :
les 120 professionnels de l'immobilier d'Auvergne sont � vos c�t�s.






recherche de biens fnaim
recherche agence fnaim




Au quotidien



Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire